Les Jeunes Libéraux-Radicaux Neuchâtelois (JLRN) ont tenu le vendredi 20 décembre au Cercle National leur dernière assemblée ordinaire de l’année. Celle-ci a été ponctuée des élections et de plusieurs prises de position présentées dans ce communiqué : 

Renouvellement du comité : Le président sortant, Nicolas Jutzet, avait annoncé son souhait de remettre son mandat, afin de pouvoir se concentrer sur ses autres engagements, notamment au sein des Jeunes Libéraux-Radicaux Suisses. C’est Sophie Rohrer, vice-présidente sortante et Anna Ludwig, responsable communication en ligne sortante, qui ont été élues à la co-présidence pour sa succession 

Les autres sortants, Vincent Pickert, secrétaire, Lionel Rieder, assesseur, Floriane Gaud, assesseure, laissent leur place à Jérémie Veillard, secrétaire entrant, Camille Hostettler, responsable des événements et Estelle Chalon, responsable communication en ligne. 

Marine Mühlethaler, assesseure, et Pierre Surdez, trésorier, ont vu leurs mandats renouvelés. 

Le comité des JLRN félicite les membres sortants et entrants du comité qui continueront leur mandat et remercie les sortants pour leur engagement au sein des JLRN. 

Prise de position pour les votations du 9 février : Initiative populaire demandant l’abaissement (sur demande) du droit de vote à 16 ans Les JLRN se sont prononcés contre l’initiative. Pour les JLRN il n’apparaît pas cohérent d’accorder le droit de vote dès 16 ans, alors que les majorités pénale et civile sont fixées à 18 ans. Les JLRN sont conscients que de nombreux jeunes doivent prendre des décisions importantes pour leur futur durant cette période de leur vie, toujours est-il que le choix final doit être approuvé par leur représentant légal. De ce fait, il n’apparaît pas judicieux de permettre aux jeunes entre 16 et 18 ans d’avoir tout de même accès au droit de vote en abaissant la majorité civique. Par ailleurs, les JLRN regrettent le manque de courage des initiants qui, en demandant uniquement l’abaissement de l’âge requis pour la capacité civique active (droit de vote), laissent supposer que les jeunes âgés de moins de 18 ans ne seraient pas aptes à exercer le droit d’éligibilité (capacité civique passive). Initiative populaire du 18 octobre 2016 « Davantage de logements abordables » (FF 2019 2549). Les JLRN rejettent l’initiative. En effet, le marché du logement varie d’une région à l’autres, il semble dès lors insensé de vouloir ancrer dans la Constitution fédérale un quota contraignant de 10% de nouveaux logements appartenant à des maîtres d’ouvrage d’utilité publique. De plus, la rénovation énergétique des immeubles est un élément important du point de vue de l’environnement. En cas d’acceptation de l’initiative, les rénovations énergétiques des immeubles pourraient ne plus être soutenue par la Confédération. Finalement, contrairement à ce que laisse croire l’initiative, jamais, au cours des 20 dernières années, la Suisse n’a compté autant de logements à louer qu’aujourd’hui. Selon l’OFS, au 1er juin 2019 le nombre de logement inoccupé à l’échelle suisse équivaudrait au nombre total de logements existants dans toute la ville de Berne. Modification du 14 décembre 2018 du code pénal et du code pénal militaire (Discrimination et incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle) (FF 2018 7867). Les JLRN sont favorable à la modification. Ils considèrent que nul ne doit subir de discrimination, notamment du fait de son orientation sexuelle. Ce principe fait partie des droits fondamentaux garantis par la Constitution fédérale. Il arrive aujourd’hui régulièrement que des personnes soient victimes d’agressions physiques ou verbales qui, notamment par le biais des réseaux sociaux, peuvent rapidement se diffuser à grande échelle et atteindre un nombre conséquent de personnes. Les JLRN estiment que dans ce contexte, l’extension de la protection contre la discrimination en raison de l’orientation sexuelle est légitime. La liberté d’expression n’est pas le droit de propager des paroles de haine et de dénigrement. La liberté individuelle ne doit pas se rendre nuisible aux autres. 

Les co-présidentes 

Anna Ludwig (tél : 079 813 13 66)

Sophie Rohrer (tél : 079 735 98 33)