Les JLRN regrettent le double langage des certains acteurs durant la campagne sur la loi sur les jeux d’argent

Communiqué de presse / Dimanche 5 août 2018 

Différentes informations parues après le résultat de la votation laissent songeur. Le 10 juin 2018, le peuple qui s’est déplacé aux urnes, s’est exprimé avec clarté pour un modèle fermé et hostile à l’offre étrangère. L’argumentation des défenseurs du oui était limpide: “Il faut rapatrier cet argent en Suisse”. Il a largement convaincu les votants.

Malheureusement, quelques semaines après, différents éléments laissent supposer que le réalité est plus nuancée et que cet argument ne correspond pas à la réalité. Les JLRN regrettent les points suivants :

  • La Loterie Romande qui a vaillamment combattu, ce printemps, ses concurrents sur internet basés à l’étranger, leur reprochant de s’affranchir des règles du jeu helvétique transfère 20% des activités du services des tâches informatiques en Pologne 1.
  • Après avoir voué aux gémonies les casinos étrangers pendant la campagne, les casinos suisses indiquent désormais qu’il est inimaginable de développer une offre en ligne sans eux. Problème, c’est impossible de collaborer avec les acteurs établis, ils sont sur une liste noire et ne remplissent pas les critères qui figurent dans l’ordonnance sur les jeux d’argent (OJAr) à l’article 8 2.
  • Les casinos veulent profiter d’une taxation préférentielle pendant les 4 premières années d’exploitation de leur offre en ligne, ce qui rapportera donc rien, ou presque, à la Confédération 3.

Ce double langage est regrettable. Il s’agit de dénoncer cette évolution, spécialement venant d’acteurs qui n’ont eu de cesse de vilipender la concurrence étrangère et de louer leur prétendue supériorité morale pendant la campagne.

Nous souhaitons vivement que les élus qui, nous l’espérons, partagent nos inquiétudes, sauront mettre un terme à cette dérive en refusant tout nouveau privilège à ces acteurs et sauront, au contraire, prendre des mesures pour renforcer la prévention des joueurs. Notamment avec l’extension de la taxe pour la prévention, aujourd’hui payée seulement par les loteries, aux casinos.

Le Conseil d’Etat, en tant que membre de la Conférence spécialisée des membres de Gouvernements concernés par la loi sur les loteries et le marché des loteries, soit l’organe suprême de la Convention qui lie les cantons romands, doit être attentif à ces développements et se rappeler de ses promesses durant la campagne.

Pour les Jeunes libéraux radicaux Neuchâtel

Nicolas Jutzet – Président

079 841 55 05 / nicolas.jutzet@protonmail.ch

Votation populaire du 10 juin 2018 – Prise de position des JLRN

Logo_JLRN.JPG

Neuchâtel, le 27 mars 2018

Communiqué de presse / Votation fédérale du dimanche 10 juin 2018

Les jeunes libéraux radicaux neuchâtelois (JLRN) prennent position au sujet des prochaines votations fédérales.

Tout d’abord, nous rejetons clairement l’initiative populaire «Monnaie pleine» qui remet en cause la stabilité financière et économique de notre pays. De plus, elle ne tient pas compte des nouvelles technologies et des alternatives qui existent aujourd’hui déjà, pour faire concurrence à la traditionnelle monnaie d’Etat.

Deuxième sujet, le référendum contre la loi fédérale du 29 septembre 2017 sur les jeux d’argent (LJAr). Les JLRN, qui participèrent activement à la récolte des signatures contre la nouvelle mouture, se réjouissent de voir le PLR Suisse, qui a décidé de dire non, par 202 voix contre 80 et 7 abstentions lors de son assemblée des délégués le 24 mars à Zoug, suivre la jeunesse sur cette thématique. Le refus de cette loi, qui contient des incohérences et des faiblesses rédhibitoires, ne remet pas en cause notre volonté de légiférer la branche. L’article constitutionnel, accepté par le peuple suisse à une très nette majorité, par 87 % des voix, ainsi que par la totalité des cantons, nous y oblige. Le 10 juin nous disons non à une loi protectionniste, car elle interdit l’offre étrangère en réservant un monopole indu aux indigènes, et introduit une censure sur internet qui ne saurait être tolérée. Nous devons éviter de créer un précédent fâcheux. Une fois refusée, il s’agira de reprendre les points positifs de l’actuelle proposition et d’en gommer les faiblesses. Ayons le courage de donner pour mission à nos parlementaires de faire une loi qui soit en adéquation avec les principes du PLR, liberté, innovation et cohésion.

Être JLRN c’est défendre ton avenir!

Nicolas Jutzet / Président des JLRN
079 841 55 05
Sophie Rohrer / Vice-président des JLRN 079 735 98 33